top of page
  • Photo du rédacteurLe Club Des Lecteurs

Ímaqa, Flemming Jensen


❄️🐧💙 COUP DE COEUR !

Embarquement immédiat : direction le Groenland 🇬🇱 !


Martin est un instituteur danois pour qui la vie semble bien terne, ici, au Danemark.

L’aventure, il en rêve.

Pouvait-il s’attendre à en vivre autant lorsqu’il pose ses bagages à Umànaq, petit comptoir groënlandais comme on appelle là-bas les petits villages ?

Occupant le poste de directeur de l’école, sa mission, en accord avec l’éducation danoise, est simple : apprendre le danois à ces enfants groenlandais qui, malgré leur nationalité, n’en connaisse pas un mot.

Au milieu du froid, des icebergs, des peaux de phoque, et des bières qui coulent à flot, « Martini » comme le nomme désormais les habitants, trouvera t-il sa place malgré les différences et le fossé culturel ?

Ìmaqa !

Peut-être comme on dit au Groenland.

Ni oui, ni non... Peut-être !

Car sur ces terres polaires, bien loin des préoccupations que nous connaissons, rien n’est jamais sur.

Rien n’est jamais simple.

Mais tout est possible.

La vie se présente, et chacun la prend comme elle vient.

Sourire aux lèvres, les questions et préoccupations trouvent difficilement leur place.

À mille lieux des habitudes dont Martin peine à se défaire.

Tout comme Jakob, cet adolescent du village qui revient de plusieurs mois dans la vie danoise.

Comment concilier deux cultures, deux modes de vie, à priori aux antipodes ?

Comment se respecter sans écraser l’une ou l’autre ?

Sans dominer et imposer une pensée ?


« Ìmaqa » apparaît comme un grand roman de la tolérance, de l’acceptation, et de la différence.

Avec humour, tendresse, bienveillance et lucidité, il éclaire et met en lumière les problématiques propre à la situation groenlandaise et danoise, mais aussi à bien d’autres où le parallèle se fera facilement.

Ces 439 pages sont un pur voyage littéraire.

Merveilleux.

Passionnant.

C’est avec beaucoup de regrets et d’humilité qu’on referme ce livre, et qu’on quitte à petits pas ce comptoir et ses habitants pour lesquels on gardera, on le sait, une tendresse particulière.

Je me retourne, les observes, une dernière fois, l’esprit et le cœur remplis de chaleur et de question.

Sur moi, sur nous, sur nos capacités à ouvrir les yeux et s’émerveiller.

Sur celles qui nous poussent à vouloir changer, uniformiser, transformer.

Et parfois, pourtant armé de bonnes intentions et de bons sentiments, tout gâcher.


En amoureux du Groënland, faites confiance à Flemming Jensen, et laissez-le vous porter, vous emportez, sans regret.

Pour : ceux qui souhaitant un roman qui les fait voyager !

À offrir : aux amateurs des terres glaciaires ! ❄️

bottom of page