• Le Club Des Lecteurs

Cannibale, Didier Daeninckx



Paris, 1931.

L’exposition coloniale tant attendue doit commencer dans quelques heures. Le Tout-Paris trépigne, impatient de visiter et découvrir ces nombreux pavillons représentant ces pays si lointains, si différents, si exotiques... si sauvages ! L’une des principales attractions : le zoo et ses animaux aussi sauvages, dangereux, qu’impressionnants et imprévisibles ! Parmi ces bêtes, l’une des plus effrayantes : de nombreux crocodiles... avant que ces derniers ne meurent brutalement d’une cause inconnue la vieille du lancement de l’exposition. Comment faire ? Par quoi remplacer les reptiles si attendus ? Certains ont leur petite idée, et elle vient tout droit de Nouvelle-Calédonie.. Vite, faisons venir les cannibales ! Court roman, Cannibale n’en reste pas moins une œuvre remarquablement efficace, une critique acerbe à l’écriture piquante et incisive. À travers l’évocation de ce fait divers méconnu, l’auteur évoque la colonisation et le racisme subit par ces peuples qu’on présente comme des sauvages, des barbares, des « cannibales », aux conditions de vie et aux mœurs animales. Le « zoo humain » dans lequel sont parqués les Kanaks, ce peuple de Nouvelle-Calédonie, est montré à son paroxysme. Les hommes blancs, supérieurs, les mettent à nu, les obligeant à pousser ces cris, se battent entre eux. Les livrant à cette mauvaise comédie, grotesque.

Leur donnant des conditions de vie à mille lieux des promesses faites. Un matin, une partie de leur groupe est séparé. Embarqué. Emmené vers une destination inconnue. Gocéné n’en peut plus, c’est trop. Où les emmènent-ils tous ? Et plus particulièrement où l’emmènent-ils, elle, Minéo, sa promise ? Celle qu’il s’est juré d’aimer, de respecter, de protéger. N’écoutant que son cœur et son courage, il va partir à sa recherche dans un Paris qui ne ressemble à rien de ce qu’il connaît.

À lire pour la critique de cette époque colonialiste et les nombreux thèmes abordés ! Désormais incontournable, Cannibale a été publié en 1998.

Vous pouvez le retrouver en version poche aux éditions @folio_livres !

Tu veux recevoir toutes les infos ? Incris-toi à la newsletter ! 

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon