• Le Club Des Lecteurs

Classique : La sorcière, Jules Michelet




🧙‍♀️✨


Résumé de l'éditeur :

" Dans cet essai – qui se lit comme un roman –, le grand historien de la Révolution désensorcelle la sorcière : il la réhabilite, en montrant qu'elle n'est que le résultat d'une époque. Dans la société féodale du Moyen Âge, elle est l’expression du désespoir du peuple. À travers la sorcière, c’est à la femme que Michelet s’intéresse : elle dont la servitude absolue la conduit à transgresser les règles établies par l'Église et le pouvoir. Il met en avant sa féminité, son humanité, son innocence : ce par quoi elle subvertit tout discours visant à la cerner. En l'arrachant aux terrifiants manuels d’Inquisition et aux insupportables comptes rendus de procès, en faisant sentir ce qu’il y a d'insaisissable dans la figure de la sorcière, il la rend à sa dimension poétique. "

🧙‍♀️✨


C’est un livre que j’appréhendais autant qu’il m’impressionnait. La sorcière fait partie de ces lectures ayant trouvé leur place dans ma bibliothèque il y a des années, me laissant tout le temps d’admirer sa couverture superbe, imaginant et idéalisant le voyage qu’elle allait me livrer. Jules Michelet, historien reconnu, me promettait un essai - qui se lit comme un roman - à en croire la quatrième de couverture, sur un thème féministe avant l’heure : la sorcière 🧙‍♀️.


Qu’est-ce qu’une sorcière ? Comment évolue son image à travers le temps et les différentes époques ? Que pouvait lui reprocher cette société, effrayée et fascinée à la fois ? Jules Michelet s’intéresse à toutes ces questions, et tente, à sa manière, d’y répondre.

Du moins d’y apporter quelques éclaircissements.

La sorcière n’est pas à laisser entre toutes les mains. Certains refermeront le livre, presque énervé d’avoir perdu leur temps au milieu de ses phrases pleines de beauté, mais parfois moins de sens. D’autres se plongeront volontiers, sans hésitation, au milieu de cette écriture qui ne laisse indifférent.

J’ai beaucoup aimé cet essai, peut-être justement d’avantage pour cette langue envoûtante que pour le propos en lui-même que j’ai parfois trouvé flirtant à la frontière de l’ennui. Gare à ceux qui s’attendent à trouver une lecture claire de l’histoire de la sorcellerie, l’ouvrage est bien plus « fouilli ». C’est beau, magnifique même, mais pas toujours très clair. Pas toujours très facile à suivre. Les mots coulent, délicieux. C’est lyrique, poétique, romantique, presque philosophique quelque part. D’une aura magique, comme les sorcières qui nous envoûtent durant cette lecture. C’est étrange, ce sentiment d’être d’avantage transporté par la forme que par le fond. Comme quoi, l’un n’est pas plus important que l’autre !

À lire pour ceux qui veulent se plonger dans un classique abordant le thème de la sorcellerie et/ou ceux qui ne sont pas effrayer par une langue « belle », mais pas toujours facile à suivre. Le genre d’ouvrage que l’on aurait du mal à lire entre 2 stations de métro.

À découvrir 💜 @folio_livres

Tu veux recevoir toutes les infos ? Incris-toi à la newsletter ! 

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon