• Le Club Des Lecteurs

Le signal, Maxime Chattam



Maxime Chattam fait incontestablement parti des écrivains les plus populaires.

Maniant depuis des années l’horreur et la peur, j’ai ouvert son dernier roman Le signal avec appréhension, en attendant, forcément, beaucoup. Et la 4ème de couverture ne pouvait que m’encourager, se parant de cette question frissonnante : avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?

La famille Spencer vient d’arriver en ville. Quittant leur luxueux appartement new-yorkais, ils emménagent dans cette grande maison, au cœur de Mahigan Falls, dans la Nouvelle-Angleterre. Du calme, c’est ce qu’ils recherchent. Olivia est une vedette du petit écran aspirant à retrouver plus de tranquillité tandis que son mari Tom, auteur de théâtre, cherche désespérément l’inspiration nécessaire à sa prochaine œuvre. Sans oublier leurs enfants, jeunes adolescents intrépides filtrant sans cesse avec les découvertes que la vie leur offre. Et puis, bébé Zoey, qui ne dort plus depuis leur arrivée dans cette maison. Qui se réveille avec des marques, des griffures. Et c’est ainsi que les événements inexplicables se multiplient, se succèdent.

Créant et contaminant cette famille d’un sentiment absurde : et s’ils n’étaient pas seuls ? L’atmosphère, lourde et effrayante, n’est pas prête de s’éclaircir...

Je ne suis d’ordinaire pas une grande fan de fantastique, exception faite du petit sorcier à la cicatrice bien connue et du King incontesté du roman d’horreur : Stephen lui-même. Les nombreuses références à ce dernier m’ont beaucoup plu et ne peuvent que sauter aux yeux de chaque lecteur ayant quelques notions du King. L’auteur s’est fait plaisir, et ça se ressent ! L’histoire se déroule sans lenteur malgré les 800 et quelques pages de ce roman. Et effectivement, le pari est réussi. On se retrouve à frissonner, à regarder par deux fois si notre porte est bien fermée, si aucun épouvantail ne se trouve devant notre maison, ou si l’on ne risque pas de se retrouver plonger dans le noir pendant que l’on prendrait son bain...

J’aime me faire peur et pour cela, merci Maxime Chattam.

Le signal est publié aux éditions @editionsalbinmichel .

À lire pour ceux qui aiment se faire peur !

Tu veux recevoir toutes les infos ? Incris-toi à la newsletter ! 

© 2023 by Lovely Little Things. Proudly created with Wix.com

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon